La Syrienne Et Le Mandarin

Guylain Chevrier : Effectivement, un racisme d'un nouveau genre sévit au sein de ce que l'on traite parfois un peu vite la "communauté musulmane", sur le réseau social Facebook. On y voit dévoiler de plus en plus de groupes discriminants et injurieux à l'opposé des "tunisiennes", des jeunes femelles algériennes aux mœurs dites "débauchées" accusées de "salir" à eux religion. D'autre part, les insultes vont aussi aux couples formés par des femmes d'origine beurette avec des jeunes hommes de couleurs. Ça dans des termes sacrément violents à caractère ségrégationniste.

Certains objectent qu'une telle entreprise « inventerait des centres qui n'existent pas, créerait des divisions là où il y a rapprochement, suggérerait homogénéité là où il cliquez y a diversité, mettrait des frontières là où il y a continuité 5 ». Mais les frontières et l'homogénéité, ce sont les racistes qui les introduisent dans leurs pratiques discriminantes. C'est étant donné que la société reconnaît et nomme les noyaux discriminés sur la base raciale qu'il y a lieu de les comptabiliser comme tels 6. Plutôt que d'« inventer » des catégories comme « jeune originel de l'immigration », « de la diversité », « d'origine égyptienne », pourquoi ne pas reprendre les termes mêmes de la désignation sociale ? Ces termes qui fondent l'oppression ségrégationniste : c'est aux Noirs et aux Arabes qu'on inflige un couvre- feu en 2005, c'est à la musulmane voilée qu'on refuse l'accès à l'école publique. Avant tout, il s'agirait d'en prendre acte, de mesurer pour plus dénoncer.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *